pilulesEn publiant son rapport annuel mardi 28 février, l'Office international de contrôle des stupéfiants s'est inquiété d'une pratique de plus en plus courante. Les cyberpharmacies courtiseraient directement les jeunes – qui peuvent faire usage des médicaments comme de drogues – via leurs boîtes de messagerie, forums et autres réseaux sociaux. Un phénomène inquiétant, quand on sait que plus de 50 % des médicaments commandés à des cyberpharmacies illégales sont contrefaits, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Monde > lire l'article complet