En fait, le véritable enjeu est environnemental. La FNSEA rejette la révision du classement des zones vulnérables aux nitrates.

Début septembre, la France a été une nouvelle fois sanctionnée par Bruxelles pour ne pas être parvenue à respecter la directive de 1991 sur les nitrates et les pollutions d’origine agricole. Sur 35 392 captages, 8,5 % ne respectent pas les seuils autorisés de nitrates et de pesticides par litre. Fin juillet, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a décidé de classer 3 800 communes supplémentaires en zone vulnérable, portant le total à 23 000 communes.

Cette proposition a suscité une levée de boucliers immédiate de la FNSEA qui souhaite que le sujet ne soit plus traité nationalement, mais localement, et soit géré par le seul milieu agricole.

Extrait d'article > Le Monde > lire l'article intégral