nucleaireBure : c’est dans ce petit village de la Meuse que l’industrie nucléaire veut enfouir ses déchets les plus dangereux, qui resteront radioactifs pendant des millions d’années. Parce que laisser enfouir ces déchets, c’est laisser la possibilité à l’industrie nucléaire de continuer à exister, le Réseau apporte un soutien aux collectifs mobilisés contre l’enfouissement et amplifie la lutte contre Cigéo.

Samedi 18 avril, à 5h du matin, après l’examen de 110 amendements dans la soirée, Cigéo a sorti son dernier joker. Sans aucune discussion sur le fond, le Sénat, réduit à quelques sénateurs - dont Gérard Longuet, élu meusien - a fait passer en priorité un texte destiné à faciliter l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Ce tour de passe-passe ahurissant démontre une fois de plus que Cigéo n’est ni transparent ni démocratique et qu’il pourrait être créé en dépit de toute considération scientifique objective. Récemment, les parlementaires et élus pro-Cigéo ont essayé à quatre reprises - en vain - d’introduire ces modifications législatives dans la loi sur la transition énergétique puis dans la loi Macron. Pour cette ultime tentative, rien n’est encore joué et le dernier mot reviendra à l’Assemblée nationale.

Sortir du nucléaire > lire le communiqué complet